Accueil > Trois questions à Christine Flear, la responsable de l’encadrement de (...)

Trois questions à Christine Flear, la responsable de l’encadrement de l’équipe de France des jeunes

vendredi 13 novembre 2009, par Redaction FFE

C’est la note féminine et maternelle de l’équipe de France des jeunes. Elle chouchoute, dorlote et pouponne tous les petits Bleus comme si c’étaient ses propres enfants. Depuis l’année dernière, la MIF Christine Flear accompagne l’équipe de France dans tous ses déplacements internationaux.

Christine, quel est ton rôle au sein de l’équipe de France des jeunes ?

La FFE a décidé l’année dernière la présence d’une accompagnatrice féminine dans l’équipe de France des jeunes. Ce qui n’était pas souvent le cas auparavant, puisque les entraîneurs sont essentiellement masculins. Plus que de l’entraînement à proprement parler, je m’occupe essentiellement de l’encadrement, en collaboration avec Vincent Moret, le responsable de la délégation, notamment des enfants qui ne sont pas accompagnés par leurs parents. Pour ma part, je veille tout particulièrement à ce qu’ils s’oxygènent le matin ou le soir après la partie, afin de décompresser et afin qu’ils ne restent pas enfermés dans un univers uniquement échiquéen. Pour cela, je les accompagne dans des petites promenades le matin et on organise des activités sportives. Le soir, je veille évidemment aux horaires de coucher et je m’assure qu’ils se nourrissent correctement. Et je suis là également dès qu’un enfant peut avoir un petit coup de blues, par exemple après une partie perdue. Ce n’est pas toujours facile pour un enfant d’être éloigné de ses parents pendant une quinzaine de jours. Et l’épaule d’une maman est souvent plus réconfortante qu’une épaule masculine (rires).

Quelles sont les conditions de ces championnats du monde en Turquie ?

Elles sont excellentes. Tant au niveau de l’hébergement que de la nourriture. La FFE a fait un effort financier important pour que toute la délégation soit logée dans le meilleur hôtel situé sur le lieu du tournoi. Du coup, il n’y a aucun déplacement à faire avant ou après la ronde, ce qui est un plus très appréciable pour l’encadrement.

L’équipe d’entraîneurs, 5 pour 20 enfants, est de plus très compétente. Bref, tout est réuni pour que les résultats soient également excellents. On croise les doigts.

Quelles sont les chances, justement, des petits bleus, dans ce championnat du monde ?

Les résultats aux championnats d’Europe en Italie en septembre dernier ont été très bons, avec quatre médailles, dont un titre de championne d’Europe pour Cécile Haussernot. Sur le plan européen, la France est une nation leader chez les jeunes, mais il n’est jamais facile de confirmer ce statut au niveau mondial, car la concurrence est bien évidemment plus rude avec la présence, notamment, des Chinois et des Indiens. L’année dernière, au Vietnam, l’équipe de France n’a rapporté aucune médaille. On espère faire mieux cette année et des chances de médailles sérieuses existent dans quasiment toutes les catégories.