Accueil > Interclubs Jeunes > Top Jeunes > Top Jeunes - Interviews

Top Jeunes - Interviews

Interviews des capitaines de Cannes et Mulhouse

jeudi 28 mai 2015, par Sylvain Ravot

Voici les interviews croisées de Romuald Dalabaca (Cannes) et Vincent Riff (Mulhouse) après le Top Jeunes 2015.

 

1) Bonjour Romuald, peux-tu te présenter rapidement et les fonctions que tu occupes dans ton club de Cannes ?

 

Romuald Delabaca : Je suis licencié à Cannes Echecs depuis l’âge de 6 ans et suis devenu entraîneur en 2003 avant de prendre récemment la direction du club.

 

2) Le club de Cannes vient de terminer champion du Top Jeunes 2015, au départage devant Mulhouse. Félicitations pour ce résultat ! La phase finale avait lieu à Dieppe. Tout d’abord peux-tu nous dire un petit mot sur l’organisation sur place ?

 

RD : Merci ! L’équipe d’organisation dirigée par Olivier Delabarre a fait d’important efforts afin d’offrir aux joueurs des conditions de jeu très agréables. La retransmission de toutes les parties et le suivi avec photos et vidéos a également été un réel succès. On ne peut qu’être satisfait de cette valorisation de cette belle compétition !

 

3) Parlons de cette saison de Top Jeunes. Tout d’abord il y a eu la phase de poule avec 7 matchs sur 2 week-end. Peux-tu nous parler brièvement de cette phase où ton club a terminé 1er de sa poule avec 7 victoires ?

 

RD : Nous étions dans une poule relevée avec notamment Marseille vice-Champion en titre, Lutèce, Bois Colombes et Créteil. Nous avons parfaitement négocié ces gros rendez-vous en l’emportant à chaque fois largement ce qui a donné à toute l’équipe beaucoup de confiance avant d’aborder la Poule Haute et...un goal average intéressant !

 

4) Puis il y avait donc le week-end final à Dieppe. Peux-tu nous raconter cette poule haute et en particulier le match clé contre Mulhouse lors de la ronde 10 ?

 

RD : Avant cette phase, j’avais insisté sur l’importance de ne pas penser qu’au match contre Mulhouse. Nancy, Le Mans et Bischwiller sont également des formations capables de nous poser des problèmes et il était nécessaire de les prendre très au sérieux afin d’éviter une mauvaise surprise. Ce fut chose faite et c’est ce qui nous a permis de disputer une véritable finale contre les mulhousiens. Avant cette rencontre que nous avons préparée de longues semaines, l’équipe était confiante et se sentait capable de détrôner les champions en titre. Pour cela il fallait repondre présent le jour J et sortir un grand match. Notre formation semblait sur le papier favorite sur les échiquiers du bas tandis que Mulhouse partait légèrement mieux armée devant. Bien évidemment et c’est egalement le charme de cette competition, rien ne s’est passé comme prévu ! Le début du match ne laissait présager rien de bon pour nous avec nos poussins en petite forme et notre buteur Matteo au 6eme qui s’était égaré dans sa préparation. Heureusement les grands ont obtenu des positions intéressantes avec toujours la possibilité de jouer pour le gain ce qui nous a permis de toujours y croire même lorsque nous étions au bord du précipice, menés 5-1. Le tournant du match a été selon moi la proposition de nul du 1er echiquier mulhousien dans une position sans risque avec un pion de plus. Il semblait très nerveux et c’est ce qui m’a poussé à dire à Alexandre de refuser. Le retournement de situation sur cet echiquier a été crucial et Pierre-Basile n’a ensuite finalement pas craqué pour nous apporter le 7eme point synonyme de match nul. Un match épique d’une intensité rare qui nous a placé en ballottage favorable avant la dernière ronde en raison de notre goal average supérieur.

 

5) C’est avant tout une compétition par équipe, mais y a-t-il eu au niveau individuel dans ton équipe cette année des révélations ou des confirmations ?

 

RD : Je voudrais d’abord féliciter toute l’équipe qui a fait preuve de sérieux, de motivation et de nerfs d’acier dans les moments critiques ce qui est absolument nécessaire pour gagner un titre. Côte révélation, Matteo Soreda a remporté la médaille au 6eme echiquier avec 9,5/11 pour sa première année dans l’équipe. Au rayon des confirmations, je citerai Pierre-Basile Coiffait qui après son titre de champion de France benjamins acquis il y a quelques semaines à Pau parachève sa superbe saison avec ce sacre par équipes en jouant souvent à l’un des échiquiers minimes. Sa progression est constante depuis 3 ans et ces résultats ne sont que la confirmation de son excellent potentiel. Je ne voudrais pas oublier enfin Louis Ferrari qui depuis tant d’années joue dans cette équipe et a été récompensé par une belle médaille au 2eme échiquier.

 

6) Peux-tu nous expliquer l’influence de cette compétition dans la saison et dans la progression d’un jeune joueur ?

 

RD : La plupart des meilleurs jeunes français participent au Top Jeunes. Se préparer pour chaque match est forcément bénéfique et permet de se mesurer à l’élite nationale et de naturellement s’aguerrir. Le fait que la compétition se déroule en 3 phases nous force également à y penser toute la saison ce qui permet de garder les jeunes sous pression et forcément motivés.

 

7) Un mot sur les équipes concurrentes ?

 

RD : Je voudrais bien évidemment féliciter chaleureusement Mulhouse qui a réalisé une saison exceptionnelle. Cette superbe équipe coachée admirablement par mes deux amis Jean-Noel et Vincent Riff, nous force chaque année à être à notre meilleur niveau. Avoir de tels adversaires nous rend forcément plus forts et c’est une grande fierté d’être depuis de longues années toujours à la lutte avec eux pour le titre.
Bois Colombes a également obtenu une très belle 3eme place et j’en profite pour souligner le travail de Pascal Chomet avec ses jeunes toujours capables de battre n’importe quelle équipe du championnat.

 

8) Pour finir y a-t-il quelque chose que tu aimerais ajouter ?

 

RD : Je suis très fier d’être l’entraîneur de mes joueurs qui ont porté haut les couleurs de notre club et qui m’ont encore une fois procuré énormément de joie et ... de sueurs froides ! Lors des 11 dernières saisons, Cannes-Echecs est montée 10 fois sur le podium dont 7 titres de champion ce qui démontre toute la qualité de notre formation des jeunes et la justesse de notre politique. Je remercie chaleureusement tous les formateurs du club qui oeuvrent toute l’année ainsi que notre comité directeur pour leur soutien indéfectible. Sans eux, ce titre n’aurait tout simplement pas été possible !

 

SR : Merci beaucoup et à l’année prochaine pour une nouvelle saison de Top Jeunes !

 


— 

 

1) Bonjour Vincent, peux-tu te présenter rapidement et les fonctions que tu occupes dans ton club de Mulhouse ?

 

Vincent Riff : J’ai 31 ans et je joue aux échecs depuis l’âge de 4 ans. J’ai participé à 11 top jeunes en tant que joueur, et j’attaque ma 10ème saison en tant que coach au Philidor Mulhouse avec mon frère Jean Noel. C’est un grand bonheur pour moi de vivre cette aventure depuis tellement d’années dans un club dans lequel j’ai été formé et suivi par Claude Schmitt (le président ) et à qui je dois tout.

 

2) Le club de Mulhouse vient de terminer vice-champion du Top Jeunes 2015, au départage derrière Cannes. Félicitations pour ce résultat ! La phase finale avait lieu à Dieppe. Tout d’abord peux-tu nous dire un petit mot sur l’organisation sur place ?

 

VR : Il était très agréable d’avoir une belle salle de jeu et l’intégralité des échiquiers retransmis. Le club de Dieppe s’est démené pour obtenir d’excellentes conditions de jeu et le staff de la FFE a été lui aussi très efficace. Bravo à tout le monde !

 

3) Parlons de cette saison de Top Jeunes. Tout d’abord il y a eu la phase de poule avec 7 matchs sur 2 week-end. Peux-tu nous parler brièvement de cette phase où ton club a terminé 1er de sa poule avec 7 victoires ?

 

VR : La phase de poule s’est parfaitement passé, et a semblé moins difficile que les années précédentes. Nous avions la marge nécessaire pour nous permettre quelques contres-performances individuelles. Nous avions beaucoup préparé le match contre Le Mans qui était l’équipe la plus dangereuse de la poule.

 

4) Puis il y avait donc le week-end final à Dieppe. Peux-tu nous raconter cette poule haute et en particulier le match clé contre Cannes lors de la ronde 10 ?

 

VR : Tout comme Cannes, nous attendions ce match depuis des mois. Je pense que les résultats du championnat de France ont un véritable impact sur les matchs décisifs de top jeunes, car ceux-ci se déroulent juste après. La préparation des deux côtés était de très bon niveau, et après un départ tonitruant et des victoires sur les échiquiers clés ( 6-7-8 ), nous croyions tenir la victoire, mais l’abnégation des joueurs de Cannes a joué en leur faveur. Quand une équipe donne tout, la déception est moins grande et cela a été le cas cette fois-ci. Avec 10.5/11 nous n’avions pas à rougir de notre championnat et allons tout faire pour gagner l’an prochain !

 

5) C’est avant tout une compétition par équipe, mais y a-t-il eu au niveau individuel dans ton équipe cette année des révélations ou des confirmations ?

 

VR : Le travail sur les poussins a porté ses fruits, puisqu’une énorme progression a été réalisée de la phase 1 à la dernière phase. Nos 3 jeunes joueurs ont été excellents lors de la phase finale. Nous avons crée un beau bloc équipe, et il serait difficile pour moi de sortir un joueur du lot. Tout le monde a apporté sa pierre à l’édifice à un moment ou un autre dans le match. Une petite pensée pour le capitaine Antoine Flick qui effectuait son dernier Top jeunes, et qui a gagné son dernier match pour nous offrir la victoire contre Bois Colombes.

 

6) Peux-tu nous expliquer l’influence de cette compétition dans la saison et dans la progression d’un jeune joueur ?

 

VR : Cette compétition est indispensable pour la progression d’un jeune joueur. En effet c’est la seule compétition Jeunes où il va apprendre à jouer dur chaque match, indépendamment de son résultat personnel (à la différence des opens). Les rondes de repos n’existent pas et il faut beaucoup gérer son sommeil et ses émotions. Evidemment, il est également fantastique de partager des moments de vie avec des joueurs plus forts et chacun va être tiré vers le haut. Ce n’est pas un hasard, si Etienne Bacrot et Maxime Vachier Lagrave ont participé à cette compétition, étant plus jeunes.

 

7) Un mot sur les équipes concurrentes ?

 

VR : Cannes, comme l’a très bien expliqué Romuald De Labaca dans son speech à la remise des prix, nous permet de nous élever chaque année plus encore. Ce mano à mano qui dure depuis plusieurs années, nous oblige à être plus exigeant d’années en années. J’ai été également impressionné par le formidable travail d’Alban Delorme et du club du Mans qui fait désormais partie des meilleures équipes jeunes. Je pense aussi aux clubs de Nancy et de Bischwiller qui ont fait preuve d’une belle cohésion de groupe pour atteindre la Poule Haute cette année.

 

8) Pour finir y a-t-il quelque chose que tu aimerais ajouter ?

 

VR : Je tiens à féliciter Pascal Chomet qui était déjà coach alors que je jouais encore (20 ans déjà ) et qui a gardé un amour intact pour la formation des jeunes. Le voir ému de terminer troisième cette année prouve qu’il fait partie toujours des figure incontournables de ce Top Jeunes.

 

SR : Merci beaucoup et à l’année prochaine pour une nouvelle saison de Top Jeunes !