Accueil > La partie française de la 5e ronde

La partie française de la 5e ronde

mardi 17 novembre 2009, par Redaction FFE

Cas d’école dans la partie de Gary Giroyan face à l’Ukrainien Bortnik (2347). Le jeune Français doit défendre longuement une position difficile. Cinquante coups sont joués sans prise de pièce et sans coup de pion. La nulle peut donc être recevable. Gary la propose à son adversaire qui la refuse, et fait signe à l’arbitre qui reste impassible. Perturbé devant ce double refus, et dans le feu de l’action, Gary fait alors l’erreur tout à fait naturelle de continuer à jouer et finit par perdre.

Protestations légitimes à la fin de la partie, mais sans effet. Explications des arbitres : "le joueur réclamant la nulle selon la règle des 50 coups doit inscrire le coup sur sa feuille de partie, appeller seulement ensuite l’arbitre, et lui faire constater que le coup noté va entraîner la nullité. Un arbitre ne peut en aucun cas intervenir pendant la partie pour expliquer la procédure au joueur, car cela serait considéré comme une aide extérieure."

Les arbitres ont donc appliqué le règlement au pied de la lettre. Et même à la virgule près. Comme on dit en français (ou plutôt en latin) : Dura lex, sed lex.